Home » Expositions » Ena Lindenbaur 3 juin / 3 juillet

Ena Lindenbaur 3 juin / 3 juillet

Ena Lindenbaur 3 juin / 3 juillet - GALERIE PIGMENTS

Le dessin

Un tableau (une œuvre picturale) doit affecter celui qui le regarde de façon directe. Toute connaissance, due à des textes ou à la considération de plusieurs tableaux du même peintre, peut amplifier la compréhension, mais pas l’émotion.
Pour moi, c’est le dessin, le secret de cette émotion. Il livre un autre message que la couleur. Sa force d’attraction vient de sa proximité (parenté) avec l’écriture, de notre désir de le « lire » (comprendre), mais également du trouble que provoque le traitement de la ligne (interrompu, tremblant…)

Je ne veux pas que le dessin explique ou illustre. Il a le devoir de nous affecter et de créer l’incertitude, c’est-à-dire « d’enlever la sureté ».
Seulement si j’ai développé moi-même l’accès à mes émotions – si je renonce à expliquer – alors je peux toucher celui qui regarde (positivement ou négativement).
Dans ce processus, les yeux jouent un rôle mineur, et souvent je les ferme.
Ils occupent par contre une place centrale dans la vie quotidienne de moi dessinatrice (de la dessinatrice que je suis). J’observe, je fixe, je plonge mon regard jusqu’à ce que les yeux se fatiguent. Des objets du quotidien, des visages, des arbres du jardin, une feuille qui tombe, une chaussure renversée par terre…
Cela demande alors aux yeux d’être très présent et grand ouvert, pour que ces formes se gravent en moi et persistent.